tisane

tisane

1. tisane [ tizan ] n. f.
• 1690; tisene « décoction d'orge mondé » XIIIe; bas lat. tisana, lat. ptisana, gr. ptisanê, proprt « orge mondé »
1Boisson contenant une faible proportion d'une substance médicamenteuse végétale (obtenue par macération, solution, infusion ou décoction de plantes dans de l'eau). décoction, infusion; boldo, bourrache, camomille; citronnelle, menthe, tilleul, verveine, etc. « des tisanes d'herbes, toutes fleuries et qui descendaient en moi, chaudes, parfumées » (Giono). Tisane des quatre fleurs, de queues de cerises. Boire une tisane le soir.
2 (1872) Tisane de champagne : champagne léger et sucré. Péj. Mauvais champagne; par ext. mauvaise boisson alcoolisée. « C'est méchant sur le Pernod, le champagne. Même celui-là, de la tisane » (Aragon).
tisane 2. tisane [ tizan ] n. f.
• 1830; p.-ê. de tiser « administrer des coups »; du rad. de tison, tisonnier (cf. attiser)
Fam. Coup, correction, raclée. Il lui a passé une tisane. Recevoir une bonne tisane.

tisane nom féminin (latin tisana, variante de ptisana, du grec ptisanê) Boisson aqueuse contenant une faible proportion d'une substance végétale peu chargée en principes médicamenteux. ● tisane (synonymes) nom féminin (latin tisana, variante de ptisana, du grec ptisanê) Boisson aqueuse contenant une faible proportion d'une substance végétale peu...
Synonymes :
- décoction

tisane
n. f. Boisson obtenue en faisant macérer des plantes médicinales dans de l'eau.

⇒TISANE, subst. fém.
I. — A. Boisson obtenue par macération, infusion ou décoction dans l'eau de plantes ayant souvent des vertus médicinales. Tisane d'orge, de queues de cerises; tisane adoucissante, calmante, dépurative, diurétique, émolliente, purgative, rafraîchissante, sudorifique; tisane citronnée; tasse de tisane. Lorsque l'affection attendrie de Mme Raquin l'écœura, il se jeta avec délices dans une occupation bête qui le sauvait des tisanes et des potions (ZOLA, Th. Raquin, 1867, p. 11). Il continua à se soigner bizarrement. Il en venait aux tisanes, à des drogues extravagantes, qu'il composait lui-même (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 221).
Tisane des quatre fleurs. V. fleur A 2 a.
P. métaph. Tout l'automne à la fin n'est plus qu'une tisane froide. Les feuilles mortes de toutes essences macèrent dans la pluie (PONGE, Parti pris, 1942, p. 9). Le temps coulait doucement, tisane attiédie par le soleil: il fallait se remettre à vivre (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 70).
Au fig. Ouvrage de l'esprit, discours, qui manque d'originalité, de vigueur. C'est une tisane, de la tisane. Rasseneur (...) réclamait du geste le silence (...) on refusait de l'entendre, c'était une idole renversée (...). Son élocution facile, sa parole coulante et bonne enfant (...) était traitée à cette heure de tisane tiède, faite pour endormir les lâches (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1381). Lorsque dans le Globe, M. du Vergier de Hauranne traite Stendhal de « suranné partisan d'Helvétius » et de « perruque », ce dédaigneux ignore que de la pauvre tisane encyclopédique, le génie particulier de Beyle sut tirer une méthode pour vivre, sorte de dandysme intellectuel (MAURIAC, Essais psychol. relig., 1920, p. 92).
Tisane de + subst. abstr. [L'Irlandais] délaya sa mauvaise humeur et la sévérité de son diagnostic dans une tisane de banalités, d'axiomes (A. DAUDET, Nabab, 1877, p. 36).
B. — 1. ŒNOL. Tisane de Champagne. Vin de Champagne plus doux et plus léger que le champagne ordinaire. À la fête anniversaire de la fondation de l'Institut, il y a plus de cent invités, de la tisane de champagne (SARTRE, Mots, 1964, p. 28).
P. ell. Vins de Champagne (...). Les vins doux et les tisanes sont produits avec des vins légers des cuvées les moins bonnes (ALI-BAB, Gastr. prat., 1907, p. 155).
2. Fam. Mauvais champagne; p. ext., boisson alcoolisée de qualité médiocre. Je n'ai pas osé lui offrir de mon vin qui n'est plus qu'une tisane boueuse peu présentable (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1213).
II. — Arg., pop. Volée de coups, raclée. Passer une tisane à qqn; recevoir une bonne tisane. [L'amant de ma mère] voulait me frictionner. À chaque coup c'était lui qui prenait la tisane (TRIGNOL, Pantruche, 1946, p. 19).
Prononc. et Orth.:[tizan]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. XIIIe s. tisene « décoction d'orge mondé dans laquelle on fait infuser diverses plantes » (Livre des simples médecines, 448 d'apr. ARVEILLER ds Romania t. 94, p. 176); ca 1393 tizane (Ménagier de Paris, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p. 263); 2. 1872 tisane de Champagne (LITTRÉ). B. 1830 arg. « volée de coups » (ALHOY, Bagnes Rochefort, p. 153: Le forçat: J'ai la fièvre. Le gardien le frappant de sa baguette: v'là un coup d'tisane). Du lat. ptisana, tisana « orge mondé » puis « décoction d'orge », du gr. « brouet d'avoine », la décoction d'orge étant, dans la méd. anc., un des principaux remèdes contre la fièvre et servant de base à des infusions ou décoctions de plantes; au XIXe s. le nom de tisane a été étendu à « tout liquide médicamenteux qui, contenant peu de parties actives, est destiné à former la boisson ordinaire d'un malade » (Encyclop. méthod. Méd. 1830). Le sens B s'explique prob. par un jeu de mots semblable à l'empl. arg. de mots du domaine alimentaire comme baffre, beigne, marron, oignon, ratatouille, tarte (v. SAIN. Lang. par., p. 576 et 582), cf. également l'empl. de purge au sens de « punition » (1404) et « volée de coups » (1884), v. FEW t. 9, p. 613 et REY-CELLARD. On peut évoquer également (plutôt que l'infl. de l'esp. atizar « attiser » proposée par ESN.) l'infl. de tison att. du XIIe au XIIIe s. au sens de « pièce de bois » (et en partic. au sens de « pieu servant d'arme dans un tournoi » au XIIIe s., v. T.-L., v. aussi GDF. et GDF. Compl.) sens qui a vécu dans certains parlers région. (v. FEW t. 13, p. 356), ainsi que certains de ses dér. comme tisonner « exciter, harceler » (att. aux XIIIe-XIVe s., v. GDF. et GDF. Compl., T.-L.) ayant subsisté en Dauphiné au sens de « taquiner » (v. FEW t. 13, p. 357; cf. également en dauph. les formes tisiccá « agacer, harceler » et tusilliè « id. », att. dep. le XVIIes .), õ ku « appliquer (un coup de poing, une gifle) » (Suisse romande, v. Pat. Suisse rom., s.v. attiser) et attisat « bourrade rude », attisade « coup, bourrade » (Béarn., v. PALAY), v. FEW t. 13, pp. 357-359. Fréq. abs. littér.:249. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 219, b) 404; XXe s.: a) 424, b) 399.
DÉR. Tisanière, subst. fém. Récipient servant à faire infuser une tisane. (Dict. XIXe et XXe s.). []. 1re attest. 1967 (L'Express, 2 janv. ds GILB. 1980); de tisane, suff. -ière prob. d'apr. cafetière, théière; d'apr. GUÉRIN, A. Daudet aurait empl. l'adj. tisanier au sens de « qui boit sans cesse de la tisane ».
BBG. — QUEM. DDL t. 17, 40.

tisane [tizan] n. f.
ÉTYM. 1690, sens mod.; tisaine « décoction d'orge mondé », XIIIe (tisane, XIVe); bas lat. tisana, lat. class. ptisana, grec ptisanê, proprt « orge mondé ».
———
I
1 Boisson contenant une faible proportion d'une substance médicamenteuse végétale (obtenue par macération, solution, infusion ou décoction de plantes). Décoction, infuser, infusion. || Tisane d'orge, de gruau; de graine de lin; de queues de cerise…; des quatre fleurs ( Bourrache, menthe, tilleul, verveine). || Tisane citronnée; additionnée de médicaments. Apozème, hydrolé. || Propriétés diurétiques et émollientes d'une tisane. Remède (→ Avoine, cit. 1). || Passer, sucrer (→ Grabataire, cit.), apporter de la tisane à un malade (→ Lutiner, cit. 4).
1 À partir de ce jour, on me laissa tranquille, sauf pour me donner des tisanes d'herbes, toutes fleuries et qui descendaient en moi, chaudes, parfumées au goût de terre et de soleil qu'ont les eaux d'arrosage, l'été dans les prés.
J. Giono, Jean le Bleu, VI.
2 (1872). || Tisane de champagne, sorte de champagne plus léger et plus sucré que le champagne ordinaire. Péj. Mauvais champagne, et, par ext., mauvaise boisson alcoolisée.
2 Il se reversa une seconde flûte qui prit le chemin de la première. Tout valsait. C'est méchant sur le Pernod, le champagne. Même celui-là, de la tisane. Comment de la tisane ? Oh, je dis tisane, et puis ce n'est pas de la tisane.
Aragon, les Beaux Quartiers, I, XX.
(1884). Fam., vx. || Tisane du houblon : bière.
———
II (1830; p.-ê. de tiser « administrer des coups », 1907, Chautard; → Attiser, du rad. de tison, tisonnier). Fam. Volée de coups, correction, raclée. || Il lui a passé une tisane. || Recevoir une bonne tisane.
DÉR. Tisaner, tisanerie, tisanière.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • tisane — 1931, from Fr. tisane; earlier ptisan (14c.), from L. ptisana, from Gk. ptisane crushed barley, related to ptissein to winnow (see PESTLE (Cf. pestle)) …   Etymology dictionary

  • Tisane — Ti*sane , n. [F.] (Med.) See {Ptisan}. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Tisane — Tisane, so v.w. Orgeade …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Tisane — (franz.), s. Ptisane …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Tisane — Tisāne (frz.), s. Ptisane …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Tisane — Tisane, eigentlich Ptisane, s. d. u. Orgeade …   Herders Conversations-Lexikon

  • tisane — [ti zan′; ] Fr [ tē zȧn′] n. [ME < MFr: see PTISAN] var. of PTISAN …   English World dictionary

  • Tisane — Mélange de tisane Une tisane (du grec πτισάνη / ptisánê qui désigne un gruau d orge puis une décoction, par le latin tisana[1 …   Wikipédia en Français

  • tisane — (ti za n ) s. f. 1°   Boisson qui ne tient en dissolution qu une petite quantité de substances médicamenteuses, et que l on administre dans les maladies pour aider l action des médicaments plus actifs. •   Une tisane dont un jésuite d Ingolstadt… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TISANE — s. f. Eau dans laquelle on a fait bouillir ou infuser de l orge, de la réglisse, du chiendent ou autre substance, soit grain, soit racine, fleurs, feuilles ou bois, pour en composer un breuvage, une boisson médicamenteuse. tisane rafraîchissante …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»